Ongle incarné

Il s’agit d’une pathologie de l’ongle du gros orteil qui passe sous le bourrelet péri-unguéal ce qui crée des douleurs avec inflammation locale.
L’évolution peut se faire vers l’infection et le développement d’un bourgeon appelé botryomycome.
Il peut être favorisé par plusieurs facteurs :

  • Une mauvaise coupe de l’ongle
  • Un ongle trop courbe
  • Un chaussage trop serré
  • Un traumatisme

 

Diagnostic

Il est clinique. Aucun examen complémentaire n’est en général nécessaire.

 

Traitement médical

Il sera toujours tenté dans un premier temps.
Il est réalisé par un pédicure-podologue avec plusieurs possibilités :

  • Recoupe simple de l’ongle
  • Redressage de l’ongle
  • Mise en place de mèches

En l’absence de prise en charge au stade initial de manière adaptée, l’évolution se fera vers l’aggravation avec survenue d’infections à répétition.

 

Traitement chirurgical

Il sera proposé quand le traitement médical par le pédicure ne pourra plus être proposé. Il nécessite une hospitalisation ambulatoire à la journée.
L’intervention sera réalisée sous anesthésie loco-régionale réalisée par un anesthésiste permettant d’endormir uniquement le pied voire même l’orteil.
Il sera réalisé une résection du bourgeon puis la partie incarnée de l’ongle sera retirée.
Pour que cette partie de l’ongle ne repousse plus, une incision à la base de l’ongle permettra de réaliser une stérilisation de la matrice qui consiste à retire la racine de l’ongle de manière à ce que par la suite il repousse avec une largeur moins importante.
La fermeture sera assurée par 2 points de suture.

 

Les suites post-opératoires

Un pansement compressif est confectionné au bloc opératoire. L’appui est autorisé immédiatement mais il vous sera conseillé d’apporter une chaussure large ou ouverte du fait de l’importance du pansement.
Des soins infirmiers seront réalisés à domicile 1 fois par jour.
Les fils seront enlevés au 15e jour. La cicatrisation est en générale obtenue en 2 à 3 semaines. Une dispense de sport de 1 mois est nécessaire.
Un arrêt de travail de durée variable selon l’activité peut être prescrit.

 

Les risques

  • La douleur post-opératoire
    Elle est le plus souvent modérée et disparait après 48 h en moyenne. Un traitement antalgique adapté sera prescrit pour les limiter.
  • Le saignement
    Il faut limiter les déplacements et surélever le pied pendant les 24 premières heures pour le limiter.
  • Les troubles de cicatrisation
    Un écoulement pendant la première semaine post-opératoire est très fréquent et ne constitue pas une complication.
  • La récidive
    Elle est possible malgré une intervention bien réalisée. Elle concerne environ 10% des cas.