Instabilité de cheville – entorses à répétition

Anatomie

La cheville est une articulation qui est stable du fait d’une conformation anatomique congruente renforcée par des ligaments puissants.
Le ligament collatéral médial, aussi appelé ligament deltoïde, est très solide et peu souvent atteint.
Le ligament collatéral latéral est moins épais et constitue une zone de fragilité de cette stabilité. Il est organisé en 3 faisceaux distincts d’avant en arrière :

  • Faisceau antérieur : ligament talo-fibulaire antérieur (TAFA)
  • Faisceau moyen : ligament calcanéo-fibulaire
  • Faisceau postérieur : ligament talo-fibulaire postérieur

 

L’entorse de cheville

Il s’agit d’un des traumatismes les plus fréquents retrouvé chez les sportifs conduisant à de nombreuses consultations.
Elle correspond à un étirement du ligament et du fait de l’anatomie décrite ci-dessus, elle touche préférentiellement le ligament externe de la cheville.
Il existe des entorses bénignes correspondant à une simple élongation ligamentaire. On parle d’entorse grave quand il se produit une rupture de ce ligament.
Le plus souvent, une entorse va pouvoir cicatriser spontanément et un traitement rééducatif chez un kinésithérapeute va permettre une bonne récupération.

 

L’instabilité de cheville

Cela correspond à une mauvaise cicatrisation ligamentaire qui mène à un manque de stabilité et donc à des entorses à répétition.
Ces entorses peuvent se produire lors de la pratique de sports à risque mais avec le temps elles peuvent même survenir lors de la vie quotidienne ce qui est très invalidant.
Le risque principal à long terme est une usure du cartilage suite à ces traumatismes répétés que l’on nomme arthrose.

 

Symptômes

Le patient va décrire des sensations de dérobement lors de la pratique du sport et de la marche qu’il va définir comme une perte de contrôle de sa cheville.
Il peut souffrir d’entorses à répétition lui empêchant la pratique du sport. Parfois il existe des douleurs à la face externe de la cheville.

 

Diagnostic

Lors de la consultation, il va être recherché une laxité de la cheville c’est-à-dire un mouvement trop important lors de la mise en contrainte de la cheville.
Une radiographie standard va permettre d’éliminer une autre cause aux douleurs
L’échographie réalisée par un radiologue entrainé peut mettre en évidence la lésion du ligament. Des clichés radiographiques dynamique vont pouvoir objectiver la laxité.
Une IRM pourra être demandée afin de pouvoir explorer les ligaments plus précisément.

 

Le traitement

 

Médical

Des séances de kiné vous seront prescrites dans un premier temps afin d’essayer de stabiliser la cheville en travaillant de manière spécifique la proprioception qui permet de renforcer les muscles stabilisateurs de la cheville.
Le port de strapping ou chevillière lors des activités à risque peut être intéressant.

 

Chirurgical

Il sera proposé en cas de persistance de l’instabilité malgré un traitement médical optimal.
Son objectif est de stabiliser la cheville en reconstruisant les ligaments lésés.
La technique chirurgicale adaptée sera proposée en fonction des résultats du bilan d’imagerie.
Les techniques classiques peuvent être utilisées. Elles nécessitent une cicatrice d’une dizaine de centimètres à la face latérale de la cheville.
De nouvelles techniques plus récentes peuvent être choisie et se font sous arthroscopie avec plusieurs mini-incisions et utilisation d’une caméra. Une hospitalisation d’une journée en ambulatoire est le plus souvent possible.
Une immobilisation dans une botte de marche pour une durée de 6 semaines est préconisée. La rééducation sera débutée plus ou moins rapidement selon la technique.