Mal de dos ou lombalgie

La lombalgie est la douleur ressentie dans les lombaires (la partie basse du dos juste au dessus des fesses). La lombalgie la plus commune est souvent causée par une discopathie.

La discopathie est la dégénérescence du disque intervertébral. Ce disque inséré entre 2 vertèbres sert à la fois d’amortisseur et d’articulation. Avec le temps, il se dégrade en commençant par se déshydrater. Ensuite il s’affaisse et perd de son épaisseur pour finir complètement pincé.

Avec la discopathie, apparaissent des dysfonctionnements du disque. Il peut ne plus maintenir correctement les vertèbres entre elles (instabilité). Il peut ne plus amortir les chocs entre les vertèbres et limiter les mouvements entre elles (raideur). Il en résulte des douleurs lombaires, des blocages…  

Lombalgie et arthrose des articulaires postérieures

Situées à la partie arrière des vertèbres, on retrouve les apophyses articulaires postérieures qui sont de véritables articulations comme la hanche ou le genou. Elles comportent des surfaces recouvertes de cartilage. Selon le même processus qu’au niveau des genoux ou des hanches, ces articulations sont atteintes d’arthrose. De façon résumée, il s’agit de l’usure du cartilage mettant à nu l’os dont le frottement est douloureux. Cette arthrose peut également entraîner une instabilité entre les vertèbres avec un glissement anormal appelé spondylolisthésis.  

Discopathie et chirurgie

Lorsque la lombalgie causée par une discopathie devient insupportable avec un retentissement important sur plusieurs aspects de la vie (privée comme professionnelle), des interventions chirurgicales efficaces peuvent être effectuées. Ces interventions sont de plusieurs types.  

L’arthrodèse

Elle signifie le blocage d’une articulation. Lorsqu’un seul disque est atteint et selon sa situation, on peut faire ce blocage en remplaçant le disque par une « cage » qui permet la soudure entre les 2 vertèbres. Dans d’autres cas, le disque peut être bloqué par le vissage des vertèbres.  

La prothèse de disque

Lorsque seul un disque est responsable de la lombalgie et qu’il n’y a pas d’arthrose des articulaires postérieures, le disque peut être remplacé par une prothèse comme au niveau de la hanche. Son avantage est de préserver le mouvement entre les vertèbres.  

La prothèse de disque lombaire

C’est une intervention mini invasive au cours de laquelle aucun muscle n’est sectionné. L’intervention est menée par le ventre. La totalité du disque est enlevé et remplacé par une prothèse composée de Polyéthylène et de pièce métallique en alliage de chrome-cobalt.  

Déroulement

L’intervention se fait sous anesthésie générale. Le patient est couché sur le dos. La cicatrice est située sous le nombril soit verticale ou horizontale (comme une mini césarienne). Les viscères et les vaisseaux sont repoussés pour pouvoir accéder au disque. Puis le disque est entièrement enlevé. L’espace du disque qui était pincé est rehaussé selon la planification pré opératoire. Dans cet espace restauré, on vient impacter la prothèse qui est maintenue en place par 2 ancres. Le déroulement de l’intervention est contrôlé visuellement et par amplificateur de brillance (un appareil de radio de bloc). La cicatrice est refermée après avoir mis en place un drain qui évite l’hématome.  

Hospitalisation

Le premier lever intervient en général quelques heures après l’intervention ou le lendemain.
La reprise de la marche sur plusieurs centaines de mètres est effectuée avec la kinésithérapeute, ainsi que la montée et la descente des escaliers.
Le retour à domicile est prévu le deuxième jour après l’intervention.  

Restrictions post opératoires

  • Éviter le port de charges lourdes
  • Éviter les trajets de plus de 30 minutes en voiture
  • Éviter les positions assises prolongées de plus de 2 heures
  • Éviter les assises basses

 

Recommandations

  • Marcher régulièrement (5 km environ tous les jours)
  • Étirements des muscles de l’arrière de la cuisse
  • Assouplissement des hanches

 

Arthrodèse lombaire

 

Arthrodèse par la voie abdominale

L’intervention se fait sous anesthésie générale. Le patient est couché sur le dos. La cicatrice, située sous le nombril, est soit verticale ou horizontale (comme une mini césarienne). Les viscères et les vaisseaux sont repoussés pour pouvoir accéder au disque. Puis le disque est entièrement enlevé. L’espace du disque qui était pincé est rehaussé selon la planification pré opératoire. Dans cet espace restauré, on vient impacter une cage remplie d’os (ou de substitut) et maintenue en place par 2 ancres. Le déroulement de l’intervention est contrôlé visuellement et par amplificateur de brillance (un appareil de radio de bloc). La cicatrice est refermée après avoir mis en place un drain qui évite l’hématome.  

Hospitalisation

Le premier lever intervient en général quelques heures après l’intervention ou le lendemain. Il faut pour cela porter un corset ou une ceinture lombaire réalisée sur mesure (coutil baleiné).
La reprise de la marche sur plusieurs centaines de mètres est effectuée avec la kinésithérapeute, ainsi que la montée et la descente des escaliers.
Le retour à domicile est prévu le deuxième jour après l’intervention.  

Restrictions post opératoires

  • Éviter le port de charges lourdes
  • Éviter les trajets de plus de 30 minutes en voiture
  • Éviter les positions assises prolongées de plus de 2 heures
  • Éviter les assises basses

Recommandations

  • Marcher régulièrement (5 km environ tous les jours)
  • Étirements des muscles de l’arrière de la cuisse
  • Assouplissement des hanches

 

Arthrodèse par la voie dorsale

Le patient est sous anesthésie générale et couchée sur le ventre. On incise la peau verticalement en plein milieu en suivant les épines dorsales. Les muscles sont décollés des vertèbres. A partir de repères anatomiques, on introduit des vis à l’intérieur des vertèbres. Deux vis sont placées dans chaque vertèbre de part et d’autre de la ligne médiane. Lorsque c’est nécessaire, le disque est vidé en partie et remplacé par une cale. Ensuite on relie les vis par des tiges qui sont verrouillées ensemble. Lorsque le canal lombaire est rétréci, on en profite pour libérer les nerfs dans le même temps comme pour le canal lombaire étroit. On réalise enfin une greffe osseuse le long des tiges (souvent l’os est prélevé en arrière des vertèbres). L’intervention nécessite des contrôles par la radioscopie au cours des différentes étapes.
A la fin de l’intervention, un drain est mis en place pour collecter et évacuer le saignement résiduel.  

Hospitalisation

Le premier lever intervient en général quelques heures après l’intervention ou le lendemain. Il faut pour cela porter un corset ou une ceinture lombaire réalisée sur mesure (coutil baleiné).
La reprise de la marche sur plusieurs centaines de mètres est effectuée avec la kinésithérapeute, ainsi que la montée et la descente des escaliers.
Le retour à domicile est prévu le troisième jour après l’intervention.  

Restrictions post opératoires

  • Éviter le port de charges lourdes
  • Éviter les trajets de plus de 30 minutes en voiture
  • Éviter les positions assises prolongées de plus de 2 heures
  • Éviter les assises basses

 

Recommandations

  • Marcher régulièrement (5 km environ tous les jours)
  • Étirements des muscles de l’arrière de la cuisse
  • Assouplissement des hanches